• Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Jean-Pierre Nguede Ngono : « La modernité aura raison des modes de transmission des savoir des Bakas »

Jean-Pierre Nguede Ngono lors de sa présentation d'un colloque international de l'INRAP ©Anthony Audureau

Les modes particuliers de transmission des connaissances chez les Bakas, chasseurs-cueilleurs d'Afrique centrale, vont disparaître. Jean-Pierre Nguede Ngono, anthropologue à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, appelle à l'archivage de ces savoirs.

Pourquoi étudiez-vous la transmission des savoirs des pygmées Bakas du Cameroun et du Gabon ?

Avant toute chose il faut savoir que l’on ne dit pas pygmées, car cela est considéré comme péjoratif. J’étudie la transmission des savoirs au sein de cette culture car elle est menacée. Par l’invasion du numérique, d’internet, de la scolarisation, mais aussi des ONG qui poussent les Bakas vers une éducation moderne, avec le soutien de la communauté internationale. Pour ces raisons, la transmission des savoirs bakas, qui concerne 40 000 personnes, pourrait bientôt disparaître. C’est un gâchis.

Sur quoi ces savoirs menacés portent-ils?

Il y a la chasse, réservée aux initiés, la cueillette, et l’initiation aux rites religieux. Ce qui est particulièrement intéressant, c'est que la transmission des savoirs est très cloisonnée. Seules quelques personnes peuvent jouer le rôle de professeur : la matrone (ou sage-femme), le vieux sage et le médecin traditionnel. Mais aussi les enfants.

Les enfants transmettent eux-même du savoir ?

Oui car les activités chez les Bakas sont catégorisées. Les hommes ont leurs propres rites religieux, tout comme les femmes. Leurs chasses également. Il en va de même pour les enfants, qui pratiquent une chasse infantile. C’est un savoir particulier que l’on se transmet entre enfants. Lorsque l’on a dépassé l’âge, on oublie. Les adultes ne peuvent pas se souvenir des mécanismes, des techniques de cette chasse particulière.

Y a-t-il une solution envisageable selon vous pour conserver la transmission des savoirs bakas ?

Le mode de transmission des savoirs bakas ne peut pas perdurer. Aujourd’hui, ils arrivent à conserver leur mode de transmission parce qu’ils ne veulent pas intégrer la modernité. Mais la réforme de 1994 a donné la propriété de la forêt aux exploitants forestiers, ce qui a obligé les Bakas à se sédentariser. La forêt n’est plus à eux. Ils ne peuvent plus chasser non plus, car c'est considéré comme du braconnage. Il faut donc au moins un programme d’archivage de ce savoir et de leur mode de transmission pour les générations futures.

Propos recueillis par Anthony Audureau

Visionnez la conférence de Jean-Pierre Nguede Ngono lors du colloque international Transmettre les savoirs : Archéologie des apprentissages, organisé par l'Inrap et la Cité des sciences et de l'industrie, sous la direction scientifique de Patrick Pion, Inrap, et de Nathan Schlanger, École nationale des chartes, les 28 et 29 novembre 2017 à l'auditorium de la Cité des sciences et de l’industrie, Paris, France.

0
0
0
s2sdefault

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique.

Bientôt :

Trouvez les universités, les laboratoires, les entreprises, les chercheurs et tous les autres acteurs de la recherche sur le continent grâce à l'annuaire.

Améliorez vos connaissances fondamentales et révisez vos examens grâce à nos articles.

Découvrez les métiers accessibles avec des études de science.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic Medias, agence de presse à structure coopérative.

L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

Nous contacter

Addresse : Afriscitech - Coopetic Medias
7 rue de Palestro 75002 Paris France
Email : contact@afriscitech.com

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…