Institutions

30 ans de l’observatoire AMMA-Catch : enjeux et actualités de la « zone critique » en Afrique

Arrivée de la pluie au Sahel, au début de la mousson. © IRD/ Thierry Lebel

Du 12 au 14 novembre 2018, Niamey accueille le colloque des 30 ans de l’observatoire hydrométéorologique sur l’Afrique de l’Ouest, AMMA-Catch

Organisé avec le soutien du centre régional AGRHYMET et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation du Niger (MESRI), cet événement est l’occasion de faire le point sur les enjeux scientifiques et sociétaux autour du cycle de l’eau et de la « zone critique » en Afrique. 

La mousson rythme la vie des 300 millions de personnes au Sahel. En moins de quatre mois, de juin à septembre, elle apporte l’essentiel des précipitations annuelles. De l’intensité et de la durée de ses pluies dépendent l’ensemble des récoltes et des ressources en eau, et donc la sécurité alimentaire.

La mousson dans le contexte du réchauffement

Les chercheurs de l’IRD et leurs partenaires observent, depuis 30 ans, cette capricieuse mousson afin de mieux comprendre sa variabilité et son évolution dans un contexte de réchauffement climatique. Le système d’observation AMMA-Catch leur a notamment permis de mettre en évidence certaines caractéristiques et paradoxes du cycle de l’eau associé à la mousson africaine. « Ce système d'observation du cycle de l'eau à l'échelle régionale n’a pas d’équivalent dans toute l’Afrique subsaharienne, que ce soit par la durée, le nombre de variables échantillonnées ou la résolution spatio-temporelle », souligne Thierry Lebel, hydroclimatologue à l’IRD qui a créé l’observatoire en 1988.

Grâce à 30 ans d’observations en continu, les partenaires d’AMMA-Catch disposent de données pour identifier les tendances climatiques significatives dans la région et détecter les effets de différents facteurs de forçage climatique (tendance mondiale au réchauffement ; variabilité décennale d'origine océanique ; variabilité interannuelle). Cette durée est aussi très intéressante pour le suivi des variables hydrologiques ou environnementales, comme l'occupation des sols.

Une "zone critique" sous surveillance

A l’heure où divers changements globaux sont à l’œuvre sur la planète, les observations d’AMMA-Catch se focalisent aujourd’hui sur la « zone critique » du système Terre, située entre les aquifères et la basse atmosphère, dans laquelle circule l’eau. Mieux comprendre cette zone est crucial pour l’homme, qui y vit, en tire ses ressources et en subit les aléas.

Cette « zone critique » est au cœur du colloque organisé à Niamey. Les chercheurs présenteront leurs résultats récents sur cette thématique. Ils discuteront par ailleurs des moyens nécessaires pour pérenniser le réseau d’observations pour les 10 prochaines années et de l’appropriation de ces résultats par les décideurs en charge de la mise en place des politiques environnementales dans les pays de la région.

Un attendu important du colloque sera de « mieux faire connaitre le travail de documentation hydro-éco-climatique réalisé par l'observatoire, pour que les institutions et scientifiques africains s'en emparent davantage, comme faisant partie de leur patrimoine scientifique », précise Sylvie Galle, hydrologue à l’IRD et responsable actuelle de l’observatoire AMMA-Catch.

Cet article a été publié par l'IRD.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Search