Institutions

Un ouvrage de référence sur le plus ancien observatoire de population, environnement et santé en Afrique

En revisitant 50 années de recherches interdisciplinaires conduites par l’IRD et de nombreux partenaires scientifiques internationaux, l’ouvrage Niakhar, mémoires et perspectives met à l’honneur le plus ancien observatoire de population, environnement et santé encore en activité en Afrique.

Fondé en 1962 en zone rurale à 150 km de Dakar, au Sénégal, en pays sereer, l’observatoire de Niakhar, au cœur d’une histoire scientifique et humaine originale, a permis d’assurer, depuis sa création, le suivi sanitaire, démographique, social économique et environnemental de plus de deux générations.

Les résultats de recherche de Niakhar, avec des indicateurs suivis dans le temps long, ont éclairé et accompagné les politiques nationales et internationales en matière de santé, comme le souligne Awa Marie Coll Seck, Ministre d’État auprès du président de la République du Sénégal, dans la préface de l’ouvrage : « Pour notre pays, le Sénégal, Niakhar a été à la fois un site sentinelle, un observatoire, un lieu de recherche et un centre de formation de professionnels et de cadres de santé, des sciences sociales et de l’environnement. Tout cela a contribué au développement global de notre pays, en particulier au travers des connaissances scientifiques sur les maladies infectieuses comme le paludisme, la méningite et les hépatites ».

Issu du symposium « Niakhar : 50 années de recherche en population et santé » organisé en février 2014 à Dakar, cet ouvrage décrit et analyse la construction de cette plateforme d’observation prospective pluridisciplinaire. Il illustre l’intérêt de l’approche sur le long terme dans les différents domaines de recherche - démographie, santé, environnement - et ouvre une réflexion sur les enjeux éthiques particuliers à cet instrument de collecte. Enfin, il propose des pistes d’évolution méthodologique et de gouvernance pour la recherche.

Cette première synthèse sur l’observatoire de Niakhar permettra à l’Etat sénégalais et aux décideurs ouest-africains, avec les institutions internationales et les scientifiques, de disposer de bases concrètes pour optimiser ces plateformes de recherche et les mobiliser dans la perspective des Objectifs de développement durable (ODD).

Les éditeurs scientifiques

Cet ouvrage est l’œuvre d’un large collectif constitué au fil des années autour de l’observatoire de Niakhar. Il a été coordonné par trois chercheurs :

  • Valérie Delaunay est démographe à l’IRD, au sein du Laboratoire population environnement développement. Elle a été à plusieurs reprises coresponsable de l’observatoire de Niakhar. Depuis près de trente ans, elle a conduit des recherches en démographie sur les questions de famille et d’enfance au Sénégal.
  • Alice Desclaux est anthropologue à l’IRD, au laboratoire Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses. Elle a été, avec Mamadou Badji, coresponsable du volet sénégalais du projet de recherche en histoire et anthropologie « Mémoires et traces de la recherche médicale en Afrique », centré sur le site de Niakhar.
  • Cheikh Sokhna est paludologue à l’IRD, au sein du laboratoire Vecteurs, infections tropicales et méditerranéennes, et responsable des observatoires de l’IRD au Sénégal. Il étudie en particulier l’épidémiologie des agents pathogènes responsables de maladies fébriles en Afrique de l’Ouest.

La préface de cet ouvrage a été rédigée par le Pr. Awa Marie Coll Seck, et la postface par le Pr. Jean-Paul Moatti, PDG de l’IRD et Laurent Vidal, représentant de l’IRD au Sénégal.

Cet article a été publié par l'IRD.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Search