Politique

Isaac F. Adewole : « Le Nigéria a besoin d’une politique contre le cancer, à hauteur de celle contre le Sida »

Le ministre de la Santé en pleine explication @Anthony Audureau

Le Nigeria est le pays africain le plus touché par le cancer, avec plus de 100.000 cas recensés chaque année. Présent lors du Congrès Mondial contre le Cancer à Paris en novembre, Isaac F. Adewole, ministre de la Santé nigérian, affirme qu’une vraie politique est nécessaire à l’échelle du pays, mais aussi de tout le continent.

Le Nigeria est le pays africain avec la plus haute mortalité due au cancer. Est-ce la raison de votre présence?

Isaac F. Adewole : D’abord, si nous sommes le pays avec le plus de mort sur le continent, c’est que nous avons la population la plus nombreuse! Mais nous pouvons faire beaucoup plus, sans dépenser plus d’argent. Acheter les machines ne sera jamais suffisant tant qu’elles tombent en panne et que nous ne savons pas les réparer. Nous avons besoin d’une politique globale pour le cancer, comme c’est le cas pour le Sida. Et ce au Nigeria bien sûr, mais aussi dans toute l’Afrique. Je vais continuer de le répéter ici, mais tous les pays africains doivent travailler ensemble pour améliorer la lutte contre cette maladie.

Concrètement, comme pensez-vous changer les choses?

En se tournant vers le privé. Le secteur privé est efficace. Ils ne sont jamais en grève, marchent bien et peuvent enclencher une manière de travailler qui sera ensuite transmise au secteur public. Il faut aussi améliorer l’éducation. L’accès à la sensibilisation passe par une meilleure alphabétisation et éducation de nos enfants.

La recherche nigériane, et africaine, est concentrée sur l’agronomie, la lutte contre le paludisme et le Sida. Ne faudrait-il pas aussi renforcer la recherche contre le cancer en Afrique?

Oh, il y a beaucoup de recherche sur le cancer en Afrique! Nous n’avons peut-être pas fait autant qu’en Europe ou aux États-Unis, mais nos chercheurs travaillent sur le sujet. De plus en plus, pour comprendre d’où vient cette maladie, comment la prévenir, ou comment améliorer la vie des malades. Mais encore une fois nous devons faire plus. Et nous avons les moyens, car nous ne sommes pas riches, mais pas non plus aussi pauvres que d’autres veulent le croire.

Propos recueillis par Anthony Audureau

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Search