Raissa Malu

Un livre et un documentaire pour vous

Des aventurières qui explorent la nature sauvage inspirent chacune d'entre nous à prendre des risques, en paticulier dans le domaine de la connaissance.

Quand je dois prendre l'avion en journée, je me réserve un livre passionnant pour faire (vite) passer par exemple les huit heures de vol qui séparent Bruxelles de Kinshasa. La dernière fois, j'ai choisi le livre Instincts de Sarah Marquis aux Éditions Michel Lafon, qui relate les 3 mois qu’elle a passés seule à pied en survie dans l’ouest sauvage australien.

Je vous remets ici le texte de la quatrième de couverture : « Sarah Marquis s'est lancée dans un face-à-face avec la nature, sans réserves de nourriture ni traces d'humains à l'horizon. Juste des rivières infestées de crocodiles, des serpents, une végétation inextricable, la solitude, la faim, et surtout la soif. Elle a survécu grâce aux techniques ancestrales des aborigènes. Elle nous livre ici le récit d'une aventure inoubliable dans des décors à couper le souffle, mais aussi un voyage intérieur qui lui permet de nous faire entrevoir les ressources fabuleuses que chacun de nous possède au fond de lui. Oublier la peur pour mieux évaluer le danger, se relier à la Terre en la respectant et se fier à ses instincts... Tel est le beau message de cette femme hors du commun. »

Une femme hors du commun

Belle narration et beau message en effet. Sachant que nous ne serons jamais capables de réaliser le même exploit physique qu’elle (là je parle pour moi), Sarah Marquis arrive néanmoins à nous convaincre que le dépassement intérieur et la prise de conscience sont possibles pour nous comme cela a été possible pour elle (pour nous, ce sera dans la « jungle » ou le « bush » de nos villes modernes 😉). Si je devais résumer le message de Sarah Marquis, je dirais qu’elle nous dit : « Si je suis une femme hors du commun, vous l'êtes au moins aussi que moi ! »

C’est avec cette pensée que je refermais le livre environ une heure avant l’atterrissage à Kinshasa. Et puis soudain, l’image d’une autre femme hors du commun m’est revenue à l’esprit et je me suis rappelée que j’avais un documentaire à regarder sur les lignes de SN Brussels Airlines : « Mbudha, la source des chimpanzés » de mon amie Anne Laudisoit.

Une biologiste de terrain

Anne Laudisoit est une biologiste et aventurière (dans son sens le plus noble comme pour Sarah Marquis) belge que j’ai rencontrée à Kinshasa il y a de cela quelques années. C’est notre ami commun, le Professeur Fridolin Kodondi Kule-Koto, directeur général de l'Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) et Président du Conseil scientifique national qui nous avait présentées. Le Prof. Kodondi était impressionné par cette jeune femme qui n’hésitait pas à s’enfoncer la nuit dans les bas-fonds des quartiers de Kinshasa pour y chercher de (gros) rats (!), sujet de ses recherches (c’est pour cela que je n’ai pas choisi la biologie pour étude, les protons et les neutrons sont bien plus confortables à étudier). Il était persuadé que nous étions faites pour nous entendre et il avait bien raison.

J’ai alors visionné le documentaire comme on dévore une gourmandise. Quelle joie de revoir Anne (on ne la voit pas souvent, elle est toujours sur le terrain), mais surtout quelle joie de voir ces scientifiques congolais du Centre de surveillance de la biodiversité de l'université de Kisangani qui vont à la recherche des chimpanzés pour la première fois dans cette région près du lac Albert dans les quelques poches rescapées de forêt où on ne pensait pas en trouver.

Un travail avec les populations

Selon Anne, cette expédition scientifique serait la première dans cette zone de la RDC. La petite équipe est allée à la recherche des chimpanzés, mais aussi à la recherche d’espèces d’animaux et de plantes qui n’auraient pas ou peu été ainsi documentés. Et ce travail s’est fait avec l’aide des populations locales qui ont apporté bien plus qu’un appui logistique. Ils ont partagé leurs connaissances pour aider ces scientifiques congolais dans leur quête. C’est magnifique et émouvant de voir ce travail d’équipe, ce respect mutuel, cette rencontre entre la science et les savoirs locaux.

Je suis particulièrement fière de parler du Centre de surveillance de la biodiversité de Kisangani. Ceux d’entre vous qui ont participé aux éditions précédentes de la Semaine de la Science et des Technologies ont certainement déjà entendu parler de lui. Il est un de nos fidèles exposants. Ils viennent chaque année à Kinshasa avec grand plaisir participer à cet évènement.

Rendre visible les savoirs congolais en science

La Semaine de la Science et des Technologies est une vitrine pour nos universités, nos centres de recherche, les savoirs et savoir-faire congolais et africains dans les sciences, technologies, ingénieries et mathématiques. C’est l’occasion pour eux d’aller à la rencontre des jeunes pour susciter des vocations et du grand public pour raconter une autre histoire et imaginer un autre futur pour notre pays, notre continent, notre planète.

Ces deux histoires, ces deux femmes me donnent l'occasion de rendre ici hommage aux Aventurières. Il ne s'agit pas seulement de ces femmes qui ont le courage de se lancer (physiquement) à la découverte de la nature mystérieuse, belle et sauvage. C’est aussi celles-là qui ont le courage d’aller à l’encontre de l’ordre établi. Celles qui se lancent dans des études et des filières techniques et scientifiques malgré le peu d’encouragement de leur entourage. Celles (et ceux) qui ont le courage de (re)visiter les connaissances et savoirs ancestraux pour se les réapproprier et avancer. Celles qui ont l’intention de briser le plafond de verre. Si je ne devais apprendre qu’une seule chose à mes filles, ce serait bien ce goût-là de l’Aventure.

Lisez donc ce livre de Sarah Marquis et quand vous prendrez votre prochain vol sur SN Brussels Airlines, regardez le documentaire « Mbudha, la source des chimpanzés » (je devrais demander à SN Brussels Airlines un sponsoring pour la 7e édition de la Semaine de la Science et des Technologies pour cette pub 😉), vous en apprendrez bien des choses et si vous êtes congolais(e) ou que vous aimez la RDC, vous serez bien fier. 😊

Science is fun, join us !

Cet article a d'abord été publié sur LinkedIn.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search