Jeunes chercheurs

Difficultés et promesses de la recherche expérimentale en Afrique

Alpha Kabinet Keita, Veronica Okello, François Piuzzi and Arouna Darga (from left to right) were the speaker of a session about how to do experimental science in Africa at the YASE meeting ©Raymond Gomez/Afriscitech

Installer un laboratoire dans une université africaine n'est pas si facile, mais pas impossible non plus.

« Nous devons être nous-mêmes le changement que nous voulons voir en Afrique, dit Veronica Okello, de l'université de Machakos au Kenya. Alors j'ai décidé de rentrer au Kenya. »

En Afrique, la recherche est toutefois confrontée à des défis aussi variés et divers que le continent lui-même. Le principal est sans doute de conduire des expériences, exacerbé par le manque d'infrastructures modernes, de financements et de compétences.

Matériel d'occasion

Après son retour, V. Okello a reçu une dotation de Seeding Labs qu'elle a utilisée pour développer son propre laboratoire. Seeding Labs est une ONG internationale qui fournit du matériel de laboratoire aux chercheurs des pays en développement, l'un des meilleurs moyens d'équiper un laboratoire africain sous-financé.

V. Okello estime que les Africains sont les mieux placés pour résoudre les problèmes africains, et elle a souligné l'importance d'une bonne infrastructure pour que l'Afrique soit compétitive sur la scène scientifique mondiale. Chimiste travaillant sur les membranes à l'échelle nanométrique, elle a suggéré qu'un manque de ressources sur le continent décourage les chercheurs de rentrer chez eux.

Combattre Ebola

Lors d'une session sur la façon de faire de la recherche expérimentale en Afrique lors de la récente conférence Jeunes chercheurs africains en Europe (YASE 2018), l'animateur, Arouna Darga, de Sorbonne Université, a donné le ton en suggérant que la science africaine utilise les entrepreneurs présents sur le continent pour relever les défis liés aux infrastructures.

Alpha Kabinet Keita, chercheur à l'université de Montpellier, est retourné dans son pays natal, la Guinée, pour mettre son expertise au service de l'éradication d'Ebola et du paludisme. Il a souligné l'importance de l'expérimentation appliquée sur le continent, puisqu'il est responsable du laboratoire de virologie moléculaire "One Health" à l'Institut national de santé publique de Guinée.

Technologies innovantes

Il a raconté son expérience en tant que microbiologiste bénévole lors d'une épidémie d'Ebola en Guinée : comment la surveillance active de la pandémie par l'expérimentation a aidé à prévenir des taux de mortalité élevés.

L'équipement est très important dans la recherche scientifique, mais les appareils nécessaires peuvent être très coûteux. Une solution possible pourrait être l'utilisation de technologies innovantes peu coûteuses et facilement accessibles par l'intermédiaire de plates-formes telles qu'Internet. Un sentiment partagé par François Piuzzi, ancien directeur de recherche en physico-chimie au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives.

Faire beaucoup avec peu

Il a mentionné de nombreuses technologies novatrices qui sont utilisées pour contourner les obstacles liés à l'équipement, comme l'impression 3D, les téléphones intelligents, les petits ordinateurs bon marché comme le Raspberry Pi, et bien d'autres.

« On peut faire beaucoup avec très peu, dit-il. Nous devrions utiliser l'argent économisé pour acheter du matériel pour former plus de gens à l'utilisation de ces technologies innovantes, et économiser encore plus de cette façon. »

Fabriquer des équipements en Afrique

Des participants à cette session ont émis l'idée de compléter les dépenses d'expérimentation sur le continent par des financements internationaux provenant de régions telles que l'Europe. Des orateurs et d'autres membres de l'auditoire ont, au contraire, insisté sur la nécessité pour l'Afrique de devenir autosuffisante en la matière.

L'auditoire et les orateurs n'ont toutefois pas écarté l'importance des collaborations de recherche avec d'autres parties du monde, ni la nécessité d'améliorer les politiques en faveur de solutions axées sur l'Afrique.

Sibusiso Biyela, ScienceLink

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Search