Lettre d'information de la physique africaine

ANSOLE : le réseau africain pour l'énergie solaire

Depuis près de dix ans, un réseau international travaille au renforcement des capacités pour la conversion de l'énergie solaire et les énergies renouvelables en Afrique.

ANSOLE a été inité le 4 novembre 2010 à Sousse, en Tunisie, et créé officiellement le 4 février 2011 à l'Institut des cellules solaires organiques de Linz, à l'université Johannes Kepler de Linz, en Autriche.

La motivation pour cette création est que moins de 40% des Africains subsahariens ont accès à l'électricité, malgré la croissance économique annuelle actuelle de l'Afrique qui est de 5,5% à 7%. Toutefois, l'Afrique ne peut pas s'engager sur la même voie que l'Europe, les États-Unis et la Chine pour son développement en s'appuyant sur des sources d'énergie non respectueuses de l'environnement. Il est impératif d'éviter cette voie afin d'atteindre les objectifs de développement durable pour 2016 - 2030. L'Afrique entend maintenir la résolution de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 21, de limiter la hausse de la température mondiale à moins de 1,5 °C.

L'énergie solaire est abondante en Afrique

L'utilisation de l'énergie solaire, abondante en Afrique, et d'autres sources d'énergie renouvelables peut être considérée comme une solution au problème énergétique africain. Cela exige des ressources humaines hautement qualifiées à tous les niveaux. C'est pourquoi ANSOLE vise, en premier lieu, à promouvoir l'enseignement et la formation technique et professionnelle dans le domaine des énergies renouvelables à différents niveaux de compétence pour le renforcement des capacités.

ANSOLE encourage aussi la recherche dans le domaine des énergies renouvelables et de la conservation de l'eau par les chercheurs africains et non africains impliqués dans l'éducation des étudiants et des experts africains. Enfin, ANSOLE s'engage à promouvoir et à encourager l'utilisation des énergies renouvelables en Afrique par l'éducation du public, le développement durable, la médiation commerciale et la protection de l'environnement.

Un réseau international

Actuellement, ANSOLE compte plus de 1 100 membres de 45 pays africains et 31 pays non africains (dont 20 en Europe). Dans la plupart de ces pays, il y a un représentant national d'ANSOLE et un représentant régional, responsables des événements locaux d'ANSOLE dans leur pays.

Le coordinateur international d'ANSOLE et du projet BALEWARE est Daniel A. M. Egbe. Il est actuellement chercheur invité à l'Institut des matériaux polymères et des essais de l'université Johannes Kepler.

Des chercheurs et des organisations

Parmi les membres institutionnels et professionnels d'ANSOLE, il y a le Programme international des sciences de l'Université d'Uppsala, l'Institut des matériaux polymères et des essais de l'université Johannes Kepler, l'Institut de technologie de Karlsruhe, en Allemagne, et ACWA Power d'Arabie Saoudite.

ANSOLE a un rôle important dans l'organisation et la co-organisation d'événements sur les énergies renouvelables en Afrique, et a organisé plus de 40 événements depuis sa création, y compris des événements mondiaux non ANSOLE. En termes de formation, d'éducation et de recherche, elle organise des bourses « locales » pour les étudiants en licence, master et doctorat, et des bourses de mobilité pour les étudiants en master et en doctorat.

Échanges internationaux et bourses d'études

Ses trois programmes d'échange sont les suivants : échange intra-africain, échange Afrique-Nord et échange Afrique-Amérique latine. Il sert d'intermédiaire entre les étudiants et les chercheurs d'Afrique et d'ailleurs et les institutions de recherche africaines et non africaines, et facilite les propositions de recherche en Afrique ainsi qu'entre l'Afrique et l'Europe.

Il a organisé des visites d'étude en Allemagne et ailleurs, et s'occupe de l'éducation du public et de la diffusion d'informations sur les énergies renouvelables. Un projet d'ANSOLE est la coordination de la plate-forme BALEWARE, qui relie l'Afrique, l'Amérique latine et l'Europe sur les applications de l'eau et des énergies renouvelables.

Pour en savoir plus https://www.ansole.org/, www.baleware.org.

Daniel Ayuk Mbi Egbe and Benjamin Victor Odari

Cet article a d'abord été publié par l'African Physics Newsletter. Il a été traduit de l'anglais par Afriscitech.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search