Physique sans Frontières

Bulletin physique sans frontières - septembre octobre 2018

Participants à la formation à Yamoussoukro, avec le Lidar (en haut à droite)

Quelques nouvelles des activités de Physique sans Frontières depuis 3 mois

I - Actions et interventions (mai-septembre) :

A - Concours « APSA Challenge Physique Expérimentale Afrique » (remise des prix le 8 décembre 2017)

Deux articles sur cette opération conjointe entre l'APSA (Association pour la Promotion Scientifique de l’Afrique) (Association pour la Promotion Scientifique de l’Afrique) et Physique sans frontières qui s’est déroulée en 2017 ont été publiés :

Reflets de la physique, 58, 38, 2018

EPN, 49/3, 4, 2018

B - Conférence YASE (Toulouse) :

PsF est intervenu dans la table ronde « Faire de la recherche expérimentale en Afrique, quels moyens? », avec une présentation sur l’importance des équipements en « source ouverte ». En coopération avec Arouna Darga nous avons présenté quelques applications avec des instruments à coût soutenable lors de la soirée de clôture. Des informations sur cette conférence peuvent être obtenues ici et .

C - Université de Yammoussoukro (Côte d’Ivoire) :

François Piuzzi a été formateur pour une vingtaine de doctorants de huit pays africains (dont deux anglophones). Cela a eu lieu dans le cadre du réseau AFSIN (African Spectral Imaging Network) financé par la coopération internationale suédoise (ISP). Laboratoire de photonique du professeur Jérémie Zoueu. Il y avait la présence d’un autre intervenant Mikkel Brydegaard chercheur de l’université de Lund qui a apporté un Lidar qui sera utilisé pour une thèse portant sur la détection des habitudes des moustiques femelles.

D - Réunion annuelle de la commission C13 « Physics for Development » de l'International Union of Pure and Applied Physics (IUPAP) :

François Piuzzi y a participé en tant que représentant français. Quelques décisions intéressantes ont été prises:

  • Création d’un groupe « Sustainable scientific instrumentation »
  • Décision de créer un site internet (avec la coopération de l’ICTP) pour regrouper les informations sur l’instrumentation en source ouverte, les travaux pratiques « soutenables », les nouveaux outils, les logiciels en accès libre, etc.. (utopie?)
  • Décision de créer un groupe pour la préparation du centenaire de l’IUPAP (en 2022)

Ajith Kumar créateur du système « experimental eyes » à New Dehli a présenté son dispositif qui comprend une interface sur laquelle on construit des circuits électroniques, reliée en USB a un ordinateur qui est transformé en un oscilloscope (par le logiciel. C’est un système très intéressant pour le lycée et les TP des premières années d’université. Il est programmable en Python (libre accès). Pour plus d’informations vous pouvez vous référer au bulletin de janvier-février où se trouve l’article de Georges Khaznadar (professeur de physique au lycée de Dunkerque) qui en est le promoteur en France.

E - Formation de Professeurs de physique de classes préparatoires à la science frugale :

Récupération de composants pour le montage d’un microscope, détournement de technologie, utilisation de Arduino et de Raspberry Pi pour l’activation des différents types de moteurs récupérés - Stage LIESSE) à l’IOGS par Mejdi Nciri et François Piuzzi.

F - Rencontre avec la présidente de la SFO madame Pascale Nouchi et le bureau de la SFO :

Des coopérations pourront être envisagées.

G- Rencontre avec Michel Azemar président de Chimistes sans Frontières :

L’association a été crée en 2018 et est domiciliée à la Fondation de la Maison de la Chimie. Nous avons évoqué des pistes pour des actions communes notamment dans le domaine de l’instrumentation. Ils ont édité un tryptique de présentation pour présenter leurs motivations, ce que nous devrions faire également (un volontaire?).

H - PsF s’associe à l’APSA pour l’organisation de la troisième édition des Rencontres des Jeunes Chercheurs Africains en France (6-7 décembre IHP Paris) :

Ces rencontres s'adressent aux jeunes scientifiques originaires de pays d’Afrique subsaharienne venus effectuer en France tout ou partie de leurs études supérieures en sciences mathématiques, physique fondamentale et appliquée, informatique. Elles sont en priorité destinées aux doctorants, qu’ils soient accueillis dans le cadre d’une thèse en cotutelle, dans le cadre d’un doctorat français ou d’un post doctorat. Plusieurs scientifiques africains, sources d’informations et de contacts, feront le voyage pour participer à ces journées. Le site pour le programme et l’inscription. La date limite d’inscription est le 30 octobre 2018.

G - Un message de Claude Lecomte (Développement de la cristallographie en Afrique – Open Labs) concernant l’état de ses actions en Afrique :
  • Equipement d’un diffractomètre monocristal à l’université de Dschang, au Cameroun ;
  • Envoi d’un équipement au Bénin ;
  • Organisation du congrès PCCr2 au Ghana ;
  • L’opération d’équipement de l’université d’Abidjan en diffractomètres est terminée et les deux diffractomètres fonctionnent et sont utilisés !

II - Projets 2019 : à discuter lors de notre prochaine réunion

  1. Création des ateliers « Physique sans Frontières » pour directement travailler sur l’instrumentation et les TP avec des étudiants et maitre d conférence d’origine africaine et des personnes intéressées par le développement d’instrumentation en source ouverte. Les lieux qui pourraient être envisagés sont : ESPCI, Jussieu, CRI.
  2. Concours « Challenge Physique expérimentale Afrique », 2e édition en 2019. La PsF pourrait s’associer à l’APSA pour le lancement du concours.
  3. Participation au congrès général de la SFP (Nantes début Juillet 2018), il faut choisir les intervenants à la session réservée à la commission en fonction des priorités et des projets.

III - Nouvelles

1) Projet européen chapeauté par l’université de Pise et qui comprend un concours d’instrumentation pour le bio médical :

Les universités africaines concernées proviennent d’Afrique de l’est, un projet similaire pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale serait à monter par une université française volontariste.

2) Un article intéressant sur un projet initié par l’université d’Oxford sur la manière extrêmement frugale de fabriquer des équipements localement
3) PHYSLAB une structure de l’université de Lahore au Pakistan qui développe des expériences pour la vulgarisation de la physique :

Le scientifique à la tête de cet institut est Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (très reconnu au Pakistan).

https://www.youtube.com/watch?v=_9-QTp0ONk0&feature=youtu.be

4) François Piuzzi a rencontré Tarek Loubani, jeune palestinien réfugié au Canada et actuellement à l’université de Waterloo (Ontario) :

Il développe des équipements en source ouverte pour le médical, comme le stéthoscope imprimé en 3D montré dans la figure ci-dessous. Article dans Plos one. Voir plus de projets.

Stethoscope

5 ) Vulgarisation :

Très belle video d'une expérience de démonstration de l'induction pour l’éducation qui pourrait servir pour les « Fêtes de la Science ».

6 ) Open TP initiative :

Opération lancée par Julien Bobroff et Frédéric Bousquet à l’Université Paris Sud  qui est une nouvelle méthode pour concevoir des travaux pratiques directement par les étudiants.

Par exemple un simulateur de compteur Geiger.

7 ) Informations diverses :
  • « Supporting Physics Education in Ethiopia » par Abebe Kebede.
  • La Society of Amateur Radio Astronomers (SARA) est en partenariat avec le Stanford Solar Center pour distribuer les détecteurs SuperSID pour détecter les éruptions solaires en surveillant les perturbations induites dans la ionosphère. Un programme a été construit pour les lycées et les détecteurs peuvent être demandés à SARA.
  • Application (2013) par Ahmed Ammar, Hassen Ghalila (Laboratoire de Spectroscopie Atomique, Moléculaire et Applications Faculté de Science de Tunis – Université El Manar (TUNISIA) : New numerical tool SIDLab to monitor Sudden Ionospheric Disturbances (SID)
  • Et dans le même domaine : DIY Laser magnetometer
  • L’université Stanford a lancé un cours « Design for Extreme affordability » (que l’on pourrait traduire par conception pour une extrême accessibilité) pour former les étudiants à concevoir des projets innovants pour les pays en développement.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Search